CBD et syndrome prémenstruel (SPM)

Huile CBD

Chères femmes, voici un article qui nous est spécialement dédié. Nous allons parler des bienfaits de la molécule de CBD dans le cadre du syndrome prémenstruel. Une molécule dont on entend de plus en plus parler, et pour cause, elle est très bénéfique pour la santé.

Le SPM quésaco ?

Notre vie de femme est ponctuée d’étapes et de cycles calqués sur les rythmes de la nature.
De plus nous sommes ainsi influencées par le cycle de la lune et des saisons. Ce qui nous permet d’être toujours plus profondément à l’écoute de soi et de comprendre le rythme de la vie.
En effet, le cycle féminin est régulé par les hormones sexuelles qui sont sécrétées de manière bien orchestrée afin de permettre à chacune d’être un réceptacle pour accueillir et porter la vie.

Une des phases à laquelle nous allons nous intéresser ici est la période des
menstruations et plus particulièrement la période qui se situe au carrefour du premier jour de notre cycle.
Ce premier jour est caractérisé par le début des menstruations. C’est une période que nous accueillons et traversons chacune à notre manière. Notre parcours de vie, de nos émotions, notre corps, les facteurs extérieurs… ont une influence considérable sur nos cycles.

Douleurs menstruelles


La trame de fond reste assez similaire puisque marquée par les mêmes cascades hormonales pour chacune d’entre nous.
Ce premier jour du cycle marque le début d’un renouveau, tout comme une fleur qui commence à éclore et il est précédé d’une phase prémenstruelle, une période qui amène à la fin d’un cycle

Alors que bien des femmes ne vivent pas de manière très agréable cette phase. Puisqu’elle peut être ponctuée de symptômes très inconfortables. Cet ensemble de manifestations est ce que l’on appelle le syndrome prémenstruel.
Fatigue, spasmes dans la région du petit bassin, irritabilité, ballonnements, fluctuations émotionnelles intenses. Voici la pochette surprise de ce syndrome pas très amical.
Pour certaines il pointe le bout de son nez chaque mois, pour d’autres il est plus occasionnel. D’ailleurs certaines n’en n’ont jamais entendu parler…

Sur des plans purement physiologiques il peut être la résultante :

  • de perturbations au niveau hormonal
  • de carences en oligo-éléments et acides gras essentiels
  • d’une mauvaise hygiène de vie
  • de problèmes de circulation- d’une surcharge en toxine
  • d’une mauvaise absorption de certains minéraux

En décodage biologique, sur des plans plus émotionnels, il est tout à fait intéressant de noter que ces inconforts liés aux règles peuvent signifier par exemple une difficulté à s’accepter en tant que femme ou d’accepter les règles (autorité). cf
« décodage biologique, gynécologie et grossesse, Christian Flèche »

Des perturbations émotionnelles peuvent sans aucun doutes amplifier ce syndrome.
La période des règles peut être vécue comme source de stress, d’inconfort, de gêne pour une femme. Nombreuses sont celles qui décident de prendre des pilules qui
provoquent un arrêt du cycle et des saignements. Il existe donc de très diverses et individuelles manières d’appréhender son cycle et sa féminité.

Que pouvons nous faire pour améliorer ce syndrome prémenstruel ?

Tout d’abord retravailler son hygiène de vie en général, apporter une meilleure alimentation, détoxifier l’organisme, avoir une meilleure qualité de sommeil et de vie en général. Prendre le temps, respirer et écouter son corps. Essayer de comprendre ses propres mécanismes, faire les liens et se réconcilier avec soi.

Le CBD pour soulager le syndrome prémenstruel.

Le CBD est une molécule extraite du chanvre dont on entend beaucoup parler depuis quelques temps. Et pour cause, elle est d’une extrême utilité pour l’organisme.
Le chanvre est une plante très riche; qui est utilisé depuis très longtemps par de nombreuses civilisations et sous de nombreuses formes. Il a de multiples casquettes, on peut l’utiliser comme matériau de construction et d’isolation, sa fibre sert à fabriquer des vêtements, et il a de nombreuses vertus médicinales.
Il renferme des acides gras essentiels et également des molécules bien particulières qui vont venir interagir avec notre système nerveux et hormonal. Les CANNABINOÏDES !

Huile de chanvre CBD

CBD est l’acronyme de cannabidiol.

Il fait partie de cette grande famille des cannabinoïdes.
Ce qui est extrêmement intéressant, c’est que l’être humain est doté un système endocannabinoïde (endogène = interne) qui sécrète et reçoit ce type de molécules.
Le CBD n’est pas psychotrope ! Contrairement à son cousin le THC. Il ne provoque donc pas d’états modifiés de la conscience, d’accoutumance et de perturbation de ses fonctions cérébrales.

Le cannabidiol sur l’organisme

Nous possédons des récepteurs aux cannabinoïdes sur la totalité du système nerveux et également au niveau du système musculaire. Le cannabidiol  va venir se fixer à des récepteurs que nous possédons donc à l’intérieur de nous, un peu à la manière d’une clef qui entre dans une serrure.

Cette association va permettre la libération en cascade d’hormones très importantes pour notre fonctionnement et notre bien-être:

  • la sérotonine (hormone du bien-être)
  • l’anandamide (en langue sanskrit Ananda signifie « béatitude »)
  • l’adénoside (hormone anti-inflammatoire majeure de l’organisme).
    Voilà pourquoi il est très intéressant de découvrir le CBD et ses bienfaits dans le cadre du SPM.
    Notre mode de vie a un impact considérable et bien réel sur le fonctionnement cellulaire, et de ce fait notre production de cannabinoïdes endogènes et amoindrie.

C’est pourquoi un apport en CBD va venir nourrir notre système, l’enrichir. La molécule va s’imbriquer dans nos récepteurs et provoquer la sécrétion de toutes ces hormones bienfaisantes pour la santé dont nous avons parlé plus haut.
Cela va avoir un impact majeur sur la douleur, le stress, le sommeil, l’inflammation, la récupération musculaire…
Le cannabidiol  agit également sur toute la sphère digestive!

Il est donc très conseillé pour les femmes dans le cadre du syndrome prémenstruel.
Son action anti-inflammatoire puissante va venir décongestionner le petit bassin, permettre une meilleure circulation sanguine et une meilleure oxygénation des tissus. Il va avoir une action anti-spasmodique en apaisant le système musculaire et nerveux. Il va de ce fait permettre une diminution considérable de la douleur due aux spasmes musculaires.

LE CBD POUR :

Les émotions

Le CBD va venir harmoniser les fluctuations de l’humeur, lisser et améliorer les troubles d’ordre émotionnels. Il va venir tel un pilier accompagner la femme durant cette phase de son cycle et l’aider à la vivre de manière beaucoup plus agréable et
harmonieuse. Il va induire une profonde détente.

Le sommeil

En facilitant l’endormissement et la détente musculaire. Il va donc permettre d’avoir un sommeil beaucoup plus récupérateur,
une meilleure forme au réveil. Tout est lié et si la qualité du sommeil est meilleure, votre journée le sera tout autant.

Le stress

Il va également amoindrir l’état de stress et appeler à un retour au calme de tout l’organisme.
Sans provoquer de somnolence, il est même conseillé pour améliorer sa
concentration.

Le bien-être digestif

Nous avons vu que les ballonnements et les désordres digestifs pouvaient également se manifester durant cette période du cycle.
Le CBD va venir jouer sur ce système également et induire un grand bien-être digestif.
Cette molécule est très intelligente et va venir nourrir tout notre organisme et lui apporter une profonde sérénité.

Sous quelle forme prendre le CBD ?

La meilleure manière de consommer le CBD est sous forme d’huile sublinguale. Pourquoi ? Car il pénètre directement dans le système sanguin via la veine que nous
avons sous la langue.
Il ne passe donc pas à travers la barrière digestive et la molécule n’est donc pas dégradée.
Consommée de cette manière, son taux de biodisponibilité atteint les 80%. C’est ce qui fait toute l’efficacité de l’huile sublinguale.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est d’utiliser une huile à large spectre, ce qui signifie qu’elle contient tous les autres cannabinoïdes de la plante (sauf le THC bien évidemment) qui n’auront donc pas été séparés les uns des autres. Cela va leur permettre d’agir main dans la main tous ensemble et de créer une meilleure synergie. C’est ce que l’on appelle l’effet d’entourage. Une molécule isolée est moins efficace que lorsqu’elle est avec ses copines.
Voilà pourquoi il est préférable de choisir en priorité une huile à large spectre ou broad spectrum pour en tirer tous les bienfaits.

Comment prendre l’huile sublinguale Yemaoli Tea ?

Huile CBD large spectre

En pratique, pour le syndrome prémenstruel, je conseille de faire une cure de fond pour préparer le corps. On commence par 2 gouttes le matin et 2 gouttes le soir
(Vous pouvez en prendre la journée, pas de risque de somnolence bien au
contraire).
Vous pouvez vous aider d’un miroir. Il est important de savoir que c’est la régularité qui fait l’efficacité. D’où l’intérêt d’en prendre 2 fois par jour.

Mode d’emploi

Ensuite on procède de la façon suivante : en laissant l’huile sous la langue pendant au moins 1 minute pour qu’elle pénètre bien la muqueuse. Puis on évalue 3 jours après pour voir s’il y a une amélioration. S’il y a une nette amélioration c’est que ce nombre de gouttes vous convient. En revanche, si ce n’est pas le cas, vous pouvez augmenter d’1 goutte le matin et d’1 goutte le soir, puis réévaluer dans 3 jours. Et ainsi de suite jusqu’à trouver le nombre de gouttes qui vous
convienne.
N’ayez pas peur d’augmenter, il n’y a pas de risque de surdosage. Il n’y a pas de risque d’accoutumance.

C’est une huile que l’on prend en cure sur du moyen à long terme dans un premier temps, pour préparer le corps et le nourrir.
Ensuite on la prend de manière plus ponctuelle. Notamment dans le cadre du SPM on peut commencer à se complémenter en milieu de cycle (donc 2 semaines après ou avant les règles) pour atténuer les symptômes.

C’est le besoin qui va déterminer la concentration de l’huile. Plus le besoin est grand, plus vous aurez besoin d’une concentration élevée pour éviter de prendre trop de gouttes par jour.
D’une part pour le côté pratique, et d’autre part pour optimiser votre budget.
Une fiole contient environ 230 gouttes et doit tenir au moins 1 mois. Si ce n’est pas le cas c’est qu’il faut passer au dosage supérieur. A vous de trouver ce qui vous correspond.
Pour vous aider à choisir vous pouvez évaluer votre besoin sur une échelle de 0 à 10.


Bonne découverte !

";